Indications spiruline et utilisation

Une algue miracle ?

Le traitement par la spiruline a apporté des résultats parfois prometteurs pour : anémie ferriprive, anémie pernicieuse, avitaminose-A, inhibition de la transmission mère-enfant du VIH, inhibition de l'infection des cellules T-4-helper par le VIH, maladies protéino-énergétiques, prévention du cancer par apport de caroténoides, radioprotection, renforcement des défenses immunitaires...

Toutes les indications de la spiruline interrogent sur ce remède... miraculeux ?

Spiruline bienfaits

Parmi les travaux cités on trouve des études liant la consommation de spiruline à un effet positif sur le taux de cholestérol sanguin chez l'homme. Un effet protecteur sur les reins a été détecté et semblerait lié à la phycocyanine (pigment bleu). On peut enfin mentionner la relation possible entre la teneur de la spiruline en caroténoïdes et le traitement de certaines affections de la peau telles que le psoriasis, l'acné ou même l'herpès. Une telle profusion d'applications thérapeutiques (réelles ou supposées) laisse bien sûr planer l'image de potion-miracle sur la spiruline. Reste qu'un simple complément alimentaire naturel, lorsqu'il présente la richesse de ce produit, pourrait bien améliorer nombre de situations pathologiques. Spécialement dans une population mondiale qui tend à se diviser en sous-alimentés dans les pays en développement et en mal alimentés dans les pays industrialisés.

Spiruline et Aliments : pates a la spiruline

Danger : les utilisations de la spiruline non prouvées

Les allégations au sujet de l'efficacité de la spiruline pour perdre du poids restent à prouver : elles sont fondées sur une étude préliminaire ayant duré quatre semaines, dont les résultats ne sont pas concluants, et dont la qualité méthodologique est faible. La supposée utilité de cette algue en cas de trouble de déficit de l'attention/hyperactivité (TDAH), de calvitie ou de mémoire défaillante ne repose, au mieux, que sur des études hautement préliminaires. Les résultats d'études in vitro ou menées sur des animaux indiquent que la spiruline pourrait, théoriquement, contribuer à lutter contre certains pathogènes, notamment des virus comme le VIH, les micro-organismes responsables de la pneumonie ou des substances toxiques comme l'arsenic, les agents de chimiothérapie ou de radiothérapie anticancéreuse, mais rien ne permet, pour l'heure, de tirer des conclusions claires sur l'efficacité clinique de la spiruline chez les humains.

A lire sur les aliments d'exception et les algues :

Poudre de spiruline


Attention, la spiruline ne convient pas à tout le monde, en cas de mauvaise digestion (flatulences, ballonnements...) diminuez les doses dans un premier temps puis arrêtez si les troubles persistent !

Contact : spiruline@santeverte.org Sources des photos

Recevez des astuces santé par e-mail :

Pour connaitre nos engagements sur la confidentialité, cliquez sur le lien : Newsletter santé.